BLACK CLOUDS

Belgique | Théâtre | Création

Fabrice Murgia/Cie Artara

► 3 & 4 février – 20h15 | Durée 1h20 ► Manège / En français

 

Avec cette nouvelle création, Fabrice Murgia pousse, un pas plus loin, sa réflexion autour des relations Nord-Sud, de la libre circulation des personnes, des frontières (in)visibles qui nous entourent, de ce monde virtuel et hyperconnecté qui nous absorbe, nous englobe et nous dépasse parfois complètement. Comme pour chacune de ses créations, le metteur en scène s’est nourri de rencontres et d’expériences. Ici, c’est un atelier théâtral mené à Saly, au Sénégal, avec des comédiens locaux. Là-bas, ce sont différentes recherches autour des « brouteurs », ces escrocs en ligne qui sévissent depuis la Côte d’Ivoire pour réclamer de l’argent à l’autre bout du monde. Plus loin, l’auteur a exploré la vie incroyable d’Aaron Schwarz, ce jeune informaticien américain adepte de l’internet en libre accès et pionnier de l’open source, qui s’est donné la mort à 28 ans après avoir défié le FBI et le gouvernement américain. Au plateau : quatre comédiens, deux Sénégalais, deux Belges, une envie de nous raconter avec force un grand conte contemporain, dans lequel se chevauchent une série de dialogues, de narrations croisées et de destins partagés. Black Clouds prendra des accents de comédie quand il s’agira de nous raconter les supercheries orchestrées par les pirates du web ivoiriens, les brouteurs dont la spécialité est d’entretenir des relations amoureuses à distance avec des Occidentaux. L’internet devient alors le lieu de la rencontre entre deux personnes en détresse, l’endroit de la manipulation. Deux personnes ne se connaissent pas mais s’écrivent, elles sont à des milliers de kilomètres l’une de l’autre. Dans ce spectacle, on évoquera le tourisme sexuel, cette « néocolonisation des corps ». On traitera de la fracture numérique Nord-Sud : cette Toile tantôt synonyme de partage d’informations et d’émancipation, tantôt de domination et d’asservissement. On s’enfoncera dans le deep web (ce web profond et invisible) et dans sa face plus sombre le Darknet, où la notion même de « frontière » n’a plus aucun sens et où tout un chacun est en mesure de s’acheter une arme, un faux passeport ou un organe.  Une plongée vertigineuse où la poésie, la musique et les images nous emmènent dans un ailleurs à la fois onirique et bien réel. En nous confrontant, par petites touches, à notre histoire personnelle et collective (le colonialisme, les migrations, l’injustice sociale…) entre un « ici » et un « là-bas » aux contours fascinants et improbables.

Au Théâtre National/Bruxelles : 17 au 24.02.2017
Théâtres en Dracénie - Draguignan (FR) : le 3.03.2017 
Au Mars, Mons arts de la scène : 17 & 18.03.2017
Toneelhuis - Anvers : 29 & 30.03.2017 
Le Grand Théâtre National de Dakar  : 12 & 13.05.2017


 

BLACK CLOUDS TEASER from cie Artara on Vimeo.

Texte et mise en scène : Fabrice Murgia | Interprétation : Valérie Bauchau, Fatou Hane, El Hadji Abdou Rahmane Ndiaye, François Sauveur | Accompagnement dramaturgique: Vincent Hennebicq | Assistanat à la mise en scène : Vladimir Steyaert | Création vidéo : Giacinto Caponio | Assistanat à la création vidéo : Dimitri Petrovic | Création lumière : Emily Brassier | Création sonore : Maxime Glaude | Stagiaires : Emma Depoid et Camille Sanchez | Régie lumière : Aurélie Perret | Régie son : Sébastien Courtoy | Régie vidéo : Dimitri Petrovic | Régie générale : Marc Defrise | Production: Cie Artara | Coproduction: Fondazione Campania dei Festival – Napoli Teatro Festival Italia, Théâtre National/Wallonie-Bruxelles, Théâtre de Namur, Manège. Mons, Théâtre de Grasse, Comédie de Saint-Etienne | En collaboration avec Fotti | Avec le soutien d’Eubelius | ©Andréa Dainef.